Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 15:27

 

LE « NIRVANADDICT »

Skyfall, de Sam Mendes : assurément l'épisode le plus intense et le plus galvanisant de la série des James Bond depuis Permis de tuer, qui s'octroie le luxe d'être l'un des plus beaux films de 2012.

Cloclo, de Florent Emilio Siri : un modèle de biopic, à la fois intimiste et puissant, qui nous plonge dans l'âme torturée d'une icône populaire et ressuscite littéralement sous nos yeux l'esprit des années 60/70. La preuve que le cinéma français n'est pas encore totalement prisonnier de l'auteurisme pompeux et des comédies attardées.

Cheval de guerre, de Steven Spielberg : après une incursion pas très heureuse dans un univers de pixels frigide (Les Aventures de Tintin), le père de Jurassic Park opère un retour aux sources salvateur en revenant à ses amours, à un cinéma traditionnel et chaleureux où l'humain retrouve enfin sa place. Un spectacle généreux aux images de rêve.

nirvanaddict

 

LES GRANDS FILMS – AUX FRONTIERES DE LA PERFECTION

Argo, de Ben Affleck : leçon de mise en scène et de suspense, doublée d'une vision railleuse proprement jouissive des studios hollywoodiens. Du cinéma conçu pour le seul plaisir du spectateur, un vrai bonheur !

Le Territoire des loups, de Joe Carnahan : survival radical, terrifiant et, contre toute attente, terriblement émouvant, porté par un Liam Neeson enfin retrouvé dans un rôle très animal, aussi farouche que fragile.

Millénium : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes, de David Fincher : plus qu'un polar solide, bien plus fascinante et hargneuse que son somnolant homologue suédois, cette adaptation du roman de Larsson est avant tout un grand film atmosphérique transcendé par des images simultanément glauques et sublimes, un montage tutoyant la perfection et une bande originale expérimentale proprement ravageuse.

grands films

 

LES BONNES SURPRISES – OUTSIDERS, GUILTY PLEASURES ET CIE

Café de Flore, de Jean-Marc Vallée : porté par une rage de filmer qui provoque le frisson, un film somme, certes un peu fourre-tout, mais terriblement poignant et sans cesse innovant dans sa mise en scène.

Avengers, de Joss Whedon : le créateur de Buffy s'est fait un plaisir colossal en réunissant une flopée d'icônes Marvel, pour le plaisir non moins colossal de ses spectateurs.

La Dame en noir, de James Watkins : un film d'épouvante certes classique, mais diablement efficace et d'une beauté perpétuelle, couronné par un twist aussi cruel que magnifique.

The Dark Knight Rises, de Christopher Nolan : on pourra reprocher au cinéaste sa froideur et son manque de mesure, mais le finale de sa trilogie consacrée au Batman est un spectacle grisant, d'une solidité formelle à toute épreuve et d'une actualité affolante.

Expendables 2 : Unité Spéciale, de Simon West : du cinéma récréatif, régressif et bourrin, doté d'un casting proprement hallucinant, qui rend un bel hommage aux films d'action des années 80/90.

bonnes surprises

 

LES PROMETTEURS

Martha Marcy May Marlene, de Sean Durkin : beaucoup de longueurs, mais une atmosphère vénéneuse, à la fois tranquille et tendue à craquer, qu'on n'est pas prêt d'oublier. Un jeune cinéaste à suivre.

Chronicle, de Josh Trank : un found footage pas comme les autres, qui exploite sa caméra intradiégétique comme véritable moteur de sa mise en scène. Dommage que la mise en abyme se délite lors d'un finale trop conventionnel. La première heure reste la plus jouissive.

Oslo, 31 août, de Joachim Trier : une première heure assommante, plombée par des dialogues interminables, heureusement réhaussée par une magnifique deuxième partie très poétique, qui touche en même temps à la grâce et au sordide tragique.

prometteurs

 

ET POUR QUELQUES BOBINES DE PLUS

Cosmopolis, de David Cronenberg : après son catastrophique A dangerous method, le père de La Mouche nous offre une errance urbaine hypnotisante, aux dialogues aussi épiques qu'absurdes, en même temps qu'une reconversion radicale pour Robert Pattinson, qui n'hésite pas une seule seconde à pulvériser son image de bellâtre imposée par la saga Twilight.

Anonymous, de Roland Emmerich : changement de cap radical pour le pape du blockbuster spectaculaire (Independence Day, Godzilla, 2012...), qui opte ici pour un drame historique en costumes soutenu par un casting prodigieux, un scénario malin et une reconstitution faramineuse de l'Angleterre élisabéthaine. Certes pas un chef-d'œuvre, mais un beau divertissement, aussi plaisant qu'inattendu.

Tucker & Dale fightent le mal, d'Eli Craig : parodie de films horrifiques, construite comme un slasher à l'envers en retournant les codes du genre, pas prétentieuse pour un sou, souvent hilarante. Dommage que le délire ambiant ne soit pas exploité à son maximum et que le dénouement verse dans le conventionnel. Un très bon moment quand même.

quelques bobines de plus

 

MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
mes meilleures séances de rattrapage

La Grande Illusion (Jean Renoir), Simone (Andrew Niccol), Bronson (Nicolas Winding Refn), Malveillance (Jaume Balaguero), Desperate Living (John Waters), Miss Détective (Donald Petrie, un grand merci à Mymp pour la découverte de ce plaisant nanar), Rubber (Quentin Dupieux), Sombre (Philippe Grandrieux, encore un merci à Mymp !), Valhalla Rising (Nicolas Winding Refn), La Planète sauvage (René Laloux), Tueurs de dames (Alexander MacKendrick), trilogie Pusher (Nicolas Winding Refn), Belle de jour (Luis Bunuel), Blindness (Fernando Meirelles), Les Goonies (Richard Donner), L'Homme invisible (James Whale), Pulsions (Brian De Palma), L'Orphelinat (Juan Antonio Bayona).

seance rattrapage

 

2013, MES GRANDES ESPERANCES

Only God Forgives (Nicolas Winding Refn), Django Unchained (Quentin Tarantino), Upside Down (Juan Diego Solanas), Hitchcock (Sacha Gervasi), Elysium (Neill Blomkamp), Stocker (Park Chan-wook), L'Ecume des jours (Michel Gondry), Star Trek : Into Darkness (J.J. Abrams), Kick-Ass : Balls to the wall (Jeff Wadlow), Le Dernier Rempart (Kim Jee-woon), Lincoln (Steven Spielberg), Passion (Brian De Palma), Du Plomb dans la tête (Walter Hill), Cloud Atlas (Andy et Lana Wachowski, Tom Tikwer), Les Amants passagers (Pedro Almodovar), Gatsby le Magnifique (Baz Luhrmann), Fast & Furious 6 (Justin Lin).

2013 esperances

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Je trouve également Valhalla rising bien supérieur à Drive, et il a été mon n°1 de l'année 2010 sans aucune hésitation. J'ai eu une telle émotion de bouleversements profonds que je ne l'ai toujours
pas revu depuis sa sortie. J'ai le DVD chez moi bien sûr, mais je ne veux pas le revoir encore, peut-être ai-je peur d'être déçu, peut-être ai-je envie de garder cette sensation si unique que j'ai
ressenti à l'époque en le découvrant...

Pour Pusher, pas mal, mais loin évidemment des claques que NWR a fait par la suite, même si le 3e volet est vraiment magnifique (puis le 1 puis le 2 s'il fallait donner un ordre de préférence).

Et dis donc, elle en est où ta rétro 007 là ? :)
Répondre
M
Cloclo, sérieusement ?! Je vois que la province ne te réussit pas :) Le territoire des loups est en bonne place dans ma pile de DVDs à voir, j'en ai entendu grand bien, il faut donc que je vois
ça.

Bon, tu as quand même mis Oslo dans ton bilan, mais sa place est plus que prometteuse, allons ! Pour ma part, Trier a réussi un très grand film bouleversant, en espérant qu'il confirmera son statut
de réalisateur talentueux avec son prochain film.

Et tu cites Miss détective, quelle joie ! Ce n'est plus un inavouable, mais bien un incontournable. Et quel a été ton ressenti par rapport à Valhalla rising ?
Répondre
M


Bah oui, Cloclo m'a vraiment emballé !


Quant à Valhalla Rising, si je l'avais vu l'année de sa sortie, il aurait littéralement décroché la première place de mon top. En quelques mots, j'ai reçu une baffe
en pleine tronche, c'est une sorte d'idéal de cinéma, viscéral, hypnotique et fascinant. Moi qui n'apprécie pas les tunnels de dialogues, j'ai été comblé par le quasi mutisme du film. Mads
Mikkelsen est carrément transcendant dans son rôle d'icône ambigue, à mi chemin entre le saint et le démon. Une fresque unique en son genre aux multiples niveaux de lecture et aux images
surpuissantes. J'ai adoré Drive, mais en comparaison, c'est presque trop classique ! Valhalla Rising, c'est ce qui se fait de mieux en matière de cinéma expérimental.


Tu as vu la trilogie Pusher de Refn ? Un électrochoc pour ma part :) 



C
Très bon top, même s'il manque les trois immanquables de 2012, à savoir : Twixt, Savages et Holy Motors.
Pour 2013, je nourrs beaucoup d'attentes, mais il y a beaucoup trop de blockbusters au programme, on va en perdre la tête !
Répondre
M


Beaucoup de blockbusters en effet, dont je n'attends pas grand chose pour la plupart (Pacific Rim ou Guillermo Del Toro au pays de Michael Bay, la suite
potentiellement désastreuse du Hobbit...)


Je n'ai malheureusement pas pu voir Twixt, Savages et Holy Motors cette année. Quelques titres en plus pour mes séances de rattrapage 2013 ;)



S
Mitigé... Disons 50/50 avec toi, par contre 100% pour tes séances de rattrapage :)
Répondre