Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 12:58

 

Le « Nirvanaddict »

onlygod gravity django cloud

Only God Forgives (Nicolas Winding Refn) : pour sa mise en scène épurée jusqu'à l'os, la perfection et la classe absolue de ses cadrages, le travail d'orfèvre sur la lumière et les couleurs, la pesanteur tétanisante de son atmosphère, les sonorités obsédantes de sa bande originale (signée Cliff Martinez) et le contre-emploi magistral de Kristin Scott Thomas. Un chef-d'œuvre graphique hautement symbolique que n'aurait pas renié Kubrick.

Gravity (Alfonso Cuaron) : pour son immersion totale dans le vide sidéral de l'espace, l'inventivité de sa mise en scène pensée exclusivement en termes de physique et d'organicité, les prouesses incroyables d'une technique tellement maîtrisée qu'elle se fait oublier au profit de la sensation et de l'émotion pure, la performance viscérale quasi solitaire de Sandra Bullock, la beauté et la puissance virginales de la dernière scène. Inoubliable.

Django Unchained (Quentin Tarantino) : pour l'hommage vibrant rendu aux plus grands classiques du western, le traitement frontal et rageur d'un sujet encore tabou de nos jours aux Etats-Unis (l'esclavage), le duo irrésistible formé par Jamie Foxx et Christoph Waltz, la performance démente de Leonardo DiCaprio en bad guy pervers et raffiné, l'explosion de violence sidérante qui clôture le film, véritable morceau de bravoure cathartique. Tarantino n'en finit pas de nous surprendre, vivement son prochain film !

Cloud Atlas (Lana & Andy Wachowski, Tom Tykwer) : pour les prouesses narratives liées à son montage virtuose, qui entremêle plusieurs époques pour aboutir à une linéarité paradoxale, pour l'implication totale de ses acteurs jouant chacun de multiples rôles, la beauté cosmique de la photographie, l'intensité souvent saisissante d'aventures humaines se croisant au gré d'un scénario imprévisible. Injustement boudé par la critique et les spectateurs, voilà un bel exemple de blockbuster indépendant en tous points réussi.

 

Et pour quelques bobines de plus...

trance ecume insaisissables universalsoldier

Trance (Danny Boyle), un trip sympathique dans les méandres de l'esprit humain avec un James McAvoy torturé comme jamais.

L'Ecume des jours (Michel Gondry), adaptation très fidèle, délirante et touchante, du roman inclassable de Boris Vian, doublée d'un bel hommage au cinéma des premiers jours.

Universal Soldier : Le Jour du jugement (John Hyams), véritable OVNI filmique bourrin et dépressif, à l'atmosphère goudronneuse, ponctué de saisissantes explosions de violence filmées en plans séquences et couronné par l'apparition improbable d'un Van Damme se prenant pour le Colonel Kurtz d'Apocalypse Now. Une curiosité.

Insaisissables (Louis Leterrier), un bon petit film de magiciens braqueurs, qui parvient à compenser la lourdeur de son écriture et l'inconsistance de ses personnages par l'énergie folle de sa mise en scène, sans aucun temps mort, et le lustre de ses images. Leterrier remonte un peu dans notre estime après les catastrophiques Choc des Titans et Incroyable Hulk.

 

Mieux vaut tard que jamais : mes plus belles séances de rattrapage

jackie cabane affranchis tonnerre bluesbro

Jackie Brown (Quentin Tarantino), La Cabane dans les bois (Drew Goddard), Les Affranchis (Martin Scorsese), Tonnerre sous les tropiques (Ben Stiller), The Blues Brothers (John Landis)

haine twixt planete parrain koyaanisqatsi

La Haine (Mathieu Kassovitz), Twixt (Francis Ford Coppola), Planète interdite (Fred McWilcox), Le Parrain, 3ème partie (Francis Ford Coppola), Koyaanisqatsi (Godfrey Reggio)

baraka johncarter 3royaumes breakfast madmax2

Baraka (Ron Fricke), John Carter (Andrew Stanton), Les 3 Royaumes (John Woo, version intégrale de 4h50), Breakfast Club (John Hughes), Mad Max 2 : Le Défi (George Miller)

centmille morse millers standbyme sensvie

Cent mille dollars au soleil (Henri Verneuil), Morse (Tomas Alfredson), Miller's Crossing (Joel Coen), Stand by me (Rob Reiner), Le Sens de la vie (Terry Gilliam, Terry Jones)

chaser odyssee obrother theatre sevices

The Chaser (Na Hong-jin), L'Odyssée de Pi (Ang Lee), O'Brother (Joel & Ethan Coen), The Theatre Bizarre : Sweets (David Gregory), Masters of Horror : La Maison des sévices (Takashi Miike)


 

Partager cet article
Repost0

commentaires