Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 07:34

anonymous

Le nom de Roland Emmerich est associé, peut-être ad vitam æternam, à la notion de spectaculaire, voire de bourrinage à l'hollywoodienne. Auteur de films catastrophe toujours plus hyperboliques (Godzilla, Le Jour d'après, 2012), de films de science-fiction à gros budget (Stargate : La Porte des étoiles, Independence Day) et de quelques nanars atomiques (10000 en tête) sa vision du cinéma se caractérise par un art constant de la surenchère, où viennent parfois se glisser quelques éclats d'ironie vacharde visant essentiellement les USA, leur peuple, leur histoire ou leur culture patriotique (les Américains tentant de se réfugier au Mexique ou l'immolation de l’œuvre de Nietzsche dans Le Jour d'après, le Président américain de 2012 se prenant un porte-avions appelé J.F. Kennedy en pleine poire...). Est-ce par lassitude de l'Amérique et de ses excès que Roland Emmerich s'est tourné pour son dernier film, Anonymous, vers l'austère Angleterre élisabéthaine ? La question mérite d'être posée. D'autant plus qu'il ne s'agit pas du seul effet de surprise ménagé par notre spécialiste allemand du blockbuster.

Surprenant, Anonymous l'est à plus d'un titre. Là où les films précédents d'Emmerich pêchaient par un simplisme narratif, Anonymous se dote d'un scénario impeccablement écrit mettant en doute la paternité des œuvres de Shakespeare en proposant une hypothèse captivante : et si le nom de Shakespeare avait servi de leurre au véritable auteur des pièces et poèmes que nous connaissons tous, un auteur qui cherchait tragiquement à cacher son talent car issu d'un milieu aristocratique hostile à la création artistique. S'il est évident que la volonté d'Emmerich n'est pas de réécrire l'histoire (il place d'emblée l'hypothèse de son film dans une dimension totalement fictive), l'idée de se servir des événements du règne d'Elisabeth Ière comme toile de fond à une machination artistique apparaît comme remarquablement traitée. Le scénario se déploie dans les méandres d'une temporalité aussi fracturée que l'identité de l'auteur d'Hamlet. La multiplicité des époques, comme celle des personnages, donne à Anonymous une belle densité dramatique, tout en suspense et tragédie, magnifiée par des dialogues brillamment écrits et interprétés par une troupe d'acteurs britanniques inspirés : Rhys Ifans superbement torturé, Vanessa Redgrave saisissante et bouleversante dans la peau d'une Elisabeth vieillissante, rongée par le regret et ses frustrations de souveraine, David Thewlis totalement habité par son personnage de William Cecil... La splendeur discrète mais néanmoins perpétuelle de la photographie, d'une sombreur aussi irréelle que mélancolique, tout comme le caractère hypnotique de la bande originale, vient conférer à l'intrigue une atmosphère crépusculaire entêtante.

Là où Anonymous s'avère être une surprise réjouissante, c'est dans sa sobriété formelle. Emmerich, qui a visiblement plus d'un tour dans son sac, laisse derrière lui les oripeaux de la surenchère hollywoodienne et signe une fresque d'une noirceur désespérée (essentiellement grâce au jeu des acteurs), où l'intime l'emporte sur un spectaculaire pour une fois mesuré, enfin maîtrisé (amorce de bataille virant au tragique, incendie d'un théâtre...). Film de la maturité, Anonymous l'est certainement, d'autant plus que son réalisateur dote sa mise en scène d'un supplément de fond appréciable, n'hésitant pas à exploiter, discrètement mais efficacement, la relation entre l'art et la politique, en revenant notamment sur le sujet délicat de la censure, toujours actuel. Certes, il ne s'agit pas de cinéma engagé, car Emmerich reste tout de même attaché à son goût pour le pur divertissement. Un goût qu'il se paie le luxe de justifier en communiant avec ses spectateurs, au détour de scènes de représentations théâtrales saisissantes d'intensité, fonctionnant sur le principe de la mise en abyme. Et si l'hypothèse que propose le scénario peut a priori apparaître comme provocatrice, voire prétentieuse, on s'aperçoit très vite qu'Emmerich n'est ni un provocateur, ni un prétentieux, car il rend un hommage réel, non pas à Shakespeare lui-même, mais à la puissance des œuvres que l'on dit écrites par Shakespeare. Finalement peu importe l'homme derrière la plume (car on ne connaîtra probablement jamais la vérité sur la paternité des textes shakespeariens), c'est ce que la plume a laissé gravé sur les pages qui compte et dont on se souvient. L'habileté dont fait preuve ici le cinéaste allemand, ainsi que l'attachement irrésistible aux personnages et à leur destin, font d'Anonymous un film à la fois fort, intense et visuellement éblouissant, qui donne littéralement envie de se replonger dans l’œuvre de Shakespeare. Il ne s'agit certes pas d'un chef-d’œuvre, mais d'un très bon film, certainement le meilleur d'Emmerich à ce jour, et assurément l'une des plus grandes surprises de ce début d'année.

3,5sur5

Partager cet article
Repost0

commentaires

Magusneri 10/01/2012 22:57

@Selenie : tout à fait d'accord, le scénario est très bien ficelé, avec de belles montées en puissance !

Magusneri 10/01/2012 22:56

Disons que j'ai mis 4/5 par rapport au reste de la filmo d'Emmerich et parce que le film m'a réellement embarqué. Et puis ce n'est pas tous les jours qu'un cinéaste comme Emmerich se renouvelle à
ce point. Ça m'étonnerait, par exemple, que Michael Bay face un jour un film dans le genre d'Anonymous :P

selenie 10/01/2012 18:52

Roland Emmerich surprend son monde, et étonnament grâce à un scénario diablement bien écrit. 3/4

Hérodonte 10/01/2012 17:34

4 sur 5 ?!!! N'est-ce pas un poil exagéré sur ce qui est un film honnête mais comportant plusieurs défauts importants ?!