Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 14:10

 

LES LAURIERS DE LA HONTE ABSOLUE
ou les champions du nivellement culturel par le bas

Detachment, de Tony Kaye (l'Everest du raccolage à l'américaine)

Jack et Julie, de Dennis Dugan (plus débile, tu meurs)

Sur la piste du Marsupilami, d'Alain Chabat (un modèle de comédie française attardée)

The Amazing Spider-Man, de Marc Webb (à oublier illico, revoyons les films de Raimi)

Sherlock Holmes : Jeu d'ombres, de Guy Ritchie (un héros british passé à la moulinette parkinsonnienne d'Hollywood)

Projet X, de Nima Nourizadeh (dispensable ? le mot est faible...)

lauriers honte 

LES LAURIERS DE LA DISGRACE
même les meilleurs peuvent se planter

De rouille et d'os, de Jacques Audiard (un petit téléfilm vendu comme une œuvre de cinéma)

Prometheus, de Ridley Scott (expliquer les origines d'Alien... monumentale erreur !)

Le Hobbit : Un Voyage inattendu, de Peter Jackson (entre pantalonnade et épopée mal fichue, un film qui se cherche sans jamais se trouver)

lauriers disgrace 

LES LAURIERS DE LA BIEN-PENSANCE
ces sommets d'ennui qui ont enflammé la presse et les festivals

Take Shelter, de Jeff Nichols (un américain moyen parano croyant à la fin du monde veut s'enfermer dans un bunker... sujet très actuel, mais seulement effleuré. Dommage.)

La Taupe, de Tomas Alfredson (tunnels de dialogues et mise en scène grabataire, un film assommant)

The Descendants, d'Alexander Payne (George Clooney au royaume des vahinés, mais encore ?)

Les Adieux à la reine, de Benoît Jacquot (des visages cireux affolés éclairés à la bougie dans des alcoves ou des couloirs... un grand drame historique à la française)

lauriers bien pensance 

LES LAURIERS DE LA MALADRESSE
ou comment sous-exploiter un bon sujet

Bullhead, de Michael R. Roskam (un drame intime déchirant malheureusement gâché par une sous-intrigue policière foireuse... vraiment rageant !)

Albert Nobbs, de Rodrigo Garcia (un fabuleux travail artistique ruiné par une intrigue insipide et des acteurs absents)

La Dame de Fer, de Phylida Lloyd (un sujet brûlant traité avec frigidité et distance... reste la performance de Meryl Streep)

La Vie d'une autre, de Sylvie Testud (film de genre à la française : un pitch d'enfer ridiculisé par des tics auteuristes à côté de la plaque)

Blanche-Neige et le Chasseur, de Rupert Sanders (effets spéciaux et cadrages parfois grandioses, une Charlize Theron vénéneuse, mais c'est tout ce qu'on peut sauver de cette petite fresque de fantasy pour adolescentes américaines mijorées)

lauriers maladresse


Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Lorsque je vois tous les bons films présents je me dis que tu n'as pas beaucoup aimé l'année ciné 2012 !... Mon Flop et Mon top demain pour ma part, aujourd'hui bilan général :)
Répondre