Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 19:20

triangle smith

Il y a quelque chose de pourri au royaume de la distribution cinématographique française. Alors que l'on nous sert allègrement sur grand écran d'immondes plats sans saveur, tels que les navets de Dominic Sena (Whiteout, Le Dernier des Templiers) ou le plus récent Colombiana, dont l'ambition audio visuelle ne dépasse pas celle d'un médiocre téléfilm du vendredi soir, les distributeurs français font désormais trop souvent l'impasse sur de petits miracles de cinéma, qu'on aimerait pouvoir déguster à leur juste mesure, c'est-à-dire dans nos chères salles obscures, mais qu'on ne peut malheureusement découvrir qu'en vidéo. Comme de trop nombreux films passés sous silence, Triangle, de Christopher Smith, est sorti chez nous le 14 juin dernier, directement en DVD et Blu-Ray. Une honte absolue, car il s'agit d'un véritable bijou d'écriture, doublé d'une leçon magistrale de mise en scène. Un modèle de cinéma fantastique.

Maîtrisé du premier au dernier plan, Triangle suit les mésaventures d'un groupe de naufragés trouvant refuge à bord d'un paquebot fantôme, qui devient bien vite le théâtre terrifiant d'un long cauchemar défiant les lois de la réalité. Construit sur le principe vertigineux du miroir dans le miroir, comme l'annonce l'affiche symétrique du film, le scénario tout entier, modèle d'efficacité dramatique, est une spirale vicieuse, qui happe le spectateur pour ne plus le lâcher. Prisonniers d'un tourbillon d'horreur, les personnages nous entraînent au plus profond de leurs peurs. Plus particulièrement la protagoniste, incarnée par la fébrile Melissa George, désarmante en mère brisée, hantée jusqu'à la folie par le remord et la culpabilité. Elle porte sur ses épaules tremblantes le principe même du film, terriblement déstabilisant, à savoir celui du miroir, débouchant subtilement sur une réflexion autour de la notion d'image. Image de soi, images des autres, images du réel, du monde, de la conscience ou de l'inconscience.

Forgé dans une matière picturale aussi simple que puissante, Triangle marque ainsi un retour aux sources franchement salvateur, le retour à un cinéma pur, viscéral, aussi passionnant que passionné. Christopher Smith, cinéaste honteusement sous-estimé, nous fait partager son univers résolument visuel avec une énergie et une générosité formidables, galvanisé par la seule notion de plaisir. Plaisir d'une intrigue pétrie de mystères, où l'on aime venir perdre ses repères, plaisir d'une facture audio visuelle qui se venge de son manque de moyens par une inventivité et une audace réjouissantes, plaisir d'un jeu de massacre où les apparences sont toujours trompeuses, plaisir de se faire manipuler, de se faire mener en bateau. Mais plaisir troublé, fissuré, grinçant, à travers l'image que le film renvoie de nous-mêmes, dans son exploration des instincts contrariés, face à une situation extrême. Conte fantastique aux frontières de l'apologue, couronné par un twist effrayant, Triangle est une perle rare du cinéma de genre, en même temps qu'un objet de fascination, un maelström d'images hantées qui ne souffrira aucunement de multiples visions, bien au contraire !

4,5sur5

Partager cet article
Repost0

commentaires

Chris 03/10/2011 23:26


Je l'ai vu samedi soir et j'ai beaucoup aimé. Mais comment un film pareil peut ne pas être distribué ? Il vaut bien Le sixième sens ou Les autres....


Wolvy128 12/09/2011 02:41


Bonjour, je viens de découvrir ton blog par l'intermédiaire de celui de Chris (Christoblog) et j'en profite directement pour réagir quant à ce film.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, je te rejoins totalement dans tout ce que tu dis car j'ai moi aussi adoré ce film. Je l'ai regardé au départ sans en attendre forcément grand chose et je
n'ai pas décroché jusqu'à la fin. Le scénario est très bien ficelé et le film est vraiment maîtrisé de bout en bout.

Bref, un très bon thriller qui exploite magnifiquement bien le thème de la temporalité :)


Christophe 12/09/2011 00:18


Décidémment, il faut que je vois ce film. Tu es le second à en parler en bien en deux jours ! L'intérêt doit donc aller au-delà de Melissa George :)


Tching 11/09/2011 23:40


Ah ouais ? si tu le dis, je vais me dl ça ;-)


Carcharoth 11/09/2011 20:59


Argl zut j'ai cru un instant que tu parlais du film de Tsui Hark qui n'est pas mal non plus !


Magusneri 11/09/2011 21:23



Je ne savais pas que Tsui Hark avait fait un film également intitulé Triangle. Je le note dans mes tablettes ! (il y a un excellent épisode d'X-Files qui s'appelle Triangle aussi, explorant le
principe des réalités superposées)